Types de fibromes



Par le Docteur Éric Sauvanet
Chirurgien Gynécologue Obstétricien
(Paris)


En fonction de la localisation, de la taille des fibromes et des symptômes, divers traitements peuvent être proposés tenant compte de l’âge, du désir de grossesse, des antécédents et des pathologies associées.
Il existe trois localisations possibles des fibromes par rapport à l’utérus:

  • Fibromes sous-séreux

    Ils se situent à la surface externe de l’utérus et peuvent être lorsqu'ils sont pédiculés, responsables de nécrobiose aseptique ou infarctus du fibrome. Les fibromes sous-séreux pédiculés occasionnent des douleurs pelviennes aiguës et brutales.

  • Fibromes interstitiels ou intra muraux

    Ils se situent dans l’épaisseur du muscle utérin, également appelé myomètre. Les fibromes interstitiels peuvent occasionner une augmentation du volume de l'utérus, des douleurs pelviennes et des saignements abondants.

  • Fibromes sous-muqueux ou intra cavitaires

    Ils se situent dans la cavité utérine, soit totalement, soit en partie, le reste du fibrome pénétrant dans le muscle utérin. Les fibromes sous-muqueux peuvent être responsables de règles abondantes (hyperménorhée ou ménorragie), de saignements en dehors des règles (métrorragies) et de troubles de la fertilité.










Ces diverses localisations peuvent s’associer plus ou moins entre elles. Par conséquent, il est primordial d’avoir une cartographie précise des fibromes et des éventuelles pathologies associées telles que le polype utérin, l'endométriose ou le kyste de l’ovaire. Cette description précise se fait par une échographie détaillée par voie abdominale et intra vaginale complétée si besoin par une IRM. Ces examens doivent être pratiqués par des médecins connaissant bien la pathologie gynécologique.

Tous les fibromes ne nécessitent pas obligatoirement un traitement. Seuls les fibromes symptomatiques pouvant entraîner des complications méritent une thérapeutique. Celle-ci doit être adaptée à chaque cas particulier. Autrement dit, à chaque fibrome correspond un traitement spécifique.

Les petits fibromes asymptomatiques, en d'autres termes sans symptôme, ne nécessitent la plupart du temps aucun traitement, mais doivent néanmoins faire l'objet d'une surveillance régulière 1 à 2 fois par an.

De manière générale, les traitements des fibromes doivent privilégier les thérapeutiques les moins agressives et les moins invasives. Ils doivent également conserver, si possible l’utérus et les ovaires, et obligatoirement tenir compte du désir de grossesse de la patiente. Les traitements doivent en outre, être expliqués très clairement à l'aide d'un schéma et obtenir le consentement de la patiente en faveur du traitement le plus adapté à sa situation. Si besoin, après l’accord de la patiente, les thérapeutiques peuvent également être expliquées à son conjoint.

Il existe plusieurs types de thérapeutiques, mais seules les techniques chirurgicales permettent le retrait des fibromes. Les autres traitements agissent sur la diminution de leur taille, la suppression de leurs vaisseaux sanguins, ou la régulation du flux des règles sans réellement faire disparaître le fibrome. Les traitements peuvent être médicamenteux, non-chirurgicaux ou chirurgicaux.

 

Types de fibromes et traitements